MAISON DES FEMMES

situation			        rue Josaphat, 247-253
					à 1030 Bruxelles
programme			Construction d’une Maison des Femmes
					comprenant : estaminet, espace enfants,
					salle polyvalente, atelier ,bureaux
					et 5 logements sociaux
maitre d’ouvrage		Commune de Schaerbeek
					(Contrat de quartier Kessels)
architectes			Zed & Gigogne, association momentanée
[...]
stabilité				JZH & Partners
tech. spéciales		JZH & Partners
phase 				livré en février 2010
superficie brute		996 m²
budget				1 495 217 € HTVA

«La maison de la Femme» est un bâtiment public spécialement dédié aux femmes. L’objectif est de constituer un lieu privilégié de rencontre, d’échange et d’intégration entre des femmes de toutes origines. A cette fin, le bâtiment acceuille un estaminet, une salle polyvalente, des ateliers, des bureaux mais aussi un espace enfants. Ce dernier constitue une «halte-garderie», alternative au manque de place dans les crèches du quartier et à la part importante de femmes qui gardent leurs enfants avec elles toute la journée. Dans ses étages, le bâtiment acceuille 5 logements sociaux.
[...]

Rapport à la rue

La Maison de la Femme se montre, dans la ville, comme l’expression claire d’un programme exceptionnel. Elle affirme son identité sur la totalité de sa surface et cherche le dialogue avec les autres bâtiments publics avoisinants. Son grand tissé en béton, joue avec les verticales de la rue, et permet de laisser transparaître les activités qu’elle abrite, tout en protégeant leur intimité. Par ailleurs, le caractère mixte public-privé est soigneusement articulé : l’entrée des logements est séparée de l’entrée de la Maison de la Femme, chacune dessinée à sa propre échelle. Les trois premiers niveaux, qui accueillent la partie publique, sont tout en contrastes pleins et vides généreux et s’étirent en une seule grande hauteur, alors que, aux étages de logement, les mailles se resserrent.

Séquences

Cette façade se veut aussi être le premier temps d’une séquence. Pensée dans son épaisseur, elle vise à la fois à assurer l’intimité des lieux intérieurs et à accueillir des lieux de rendez-vous dans le dessin de son socle. Passé ce premier temps du seuil, depuis le palier, la Maison de la Femme se perçoit sur sa triple hauteur. Sur la droite, un large escalier descend vers la salle polyvalente située au sous-sol – permettant, en même temps, d’instaurer un distance entre la rue et les espaces intérieurs. Tandis qu’en face une grande faille, le long de laquelle s’organisent les circulations et les espaces de service, permet de repérer aisément les autres grands lieux : l’estaminet et l’espace enfants au rez-de chaussée, l’atelier au premier étage et la terrasse et la cour anglaise à l’arrière. En arrière-plan, percent les grands arbres du parc de la cure, situé derrière la parcelle.

Logement

Afin de dégager de grands espaces pour la Maison de la Femme, la cage d’ascenseur a été placée sur le côté du bâtiment. Néanmoins, par un jeu de duplex, le projet parvient à disposer cinq appartements sur quatre niveaux, tous traversants, de façon à ce que chacun profite d’une vue sur le parc. Par ailleurs, chacun dispose d’un lieu extérieur, sur les toits ou dans les creux du volume.

 
http://gigogne.be/files/gimgs/th-50_1912_020.jpg

© Marc Detiffe

 
http://gigogne.be/files/gimgs/th-50_1912_004.jpg

© Marc Detiffe

 
http://gigogne.be/files/gimgs/th-50_1912_005.jpg

© Marc Detiffe

 
http://gigogne.be/files/gimgs/th-50_1912_007.jpg

© Marc Detiffe

 
http://gigogne.be/files/gimgs/th-50_1912_010.jpg

© Marc Detiffe

 
http://gigogne.be/files/gimgs/th-50_1912_015.jpg

© Marc Detiffe

 
http://gigogne.be/files/gimgs/th-50_1912_018.jpg

© Marc Detiffe